jeudi 9 novembre 2017

J-P FRIOL dernière exposition 2017


APERÇU





                                   Jean-Paul Friol (1948 – 2011)



                            « Dès le premier regard, le choc. Peintures, travaux sur papier ou ciments sur
                            toile, peu importe, les oeuvres imposent dans l’immédiateté une marque
                            d’authenticité et d’élégance propres à l’artiste et à une production dense et
                            de grande qualité.
                            Jean-Paul Friol a commencé à peindre en 1970 mais il a construit sa
                            réputation hors du domaine artistique et lorsqu’il peint, c’est à la recherche
                            obstinée de nouvelles aventures associant espaces, plaisir et technicité.
                            Fasciné par la nature, il recueille des objets de toutes sortes, morceaux de vie
                            passée qu’il intègre à ses toiles comme pour leur offrir un présent. Passé,
                            présent, Friol reviendra beaucoup sur le thème, y accordant lui-même
                            probablement peu d’importance et laissant à d’autres le soin de disséquer ses
                            profondeurs et ses états d’âme.
                            Comment ne pas relever la permanence d’une manière de contradiction dans
                            l’ensemble de son travail, trahie par cette capacité à faire rebondir des
                            couleurs fortes et tumultueuses pour produire une sorte de bombe poétique,
                            aveu insensé de force et de fragilité. Contraction des contrastes, accumulation
                            des contraires, couleurs vives et matières brutes sur la toile ou le papier dans
                            un geste utopique en quête de légèreté.
                            Tout au long des années, Friol va développer cette frénésie spontanée et
                            mature, éblouissante et grave, univers paradoxal, symbole d’une vulnérabilité
                            codée qui traverse les oeuvres pour parler de l’artiste : éléments figés sur une
                            matière mouvementée, une fleur graffitée sur un fond déchiré, et le fondu
                            d’un gris pour mieux attraper la lumière.
                            Derrière la poussière des mélanges et des aller-retour, au-delà des tissus,
                            cartons, et métaux oxydés, au-delà des émaux, bien plus loin que l’élan des
                            couleurs, apparaissent les murs d’émotions retenues et blessures
                            entr’ouvertes, écrans de ses fragilités.»

                                                 Hélène Poisot

                                                 Septembre 2012

lundi 4 septembre 2017

Annelise NGUYEN sculptures / Philippe VERGOZ Encres



                                                   UN APERÇU DE L'EXPOSITION







Comment occuper les différents espaces d’un lieu d’exposition, jouer autrement que par un « simple accrochage » avec la complexité de celui-ci, favoriser l’observation, l’écoute, l’appréhension des œuvres proposées, installées, voire mises en scène ?

Annelise Nguyên, sculpteur avec métal, et Philippe Vergoz, peintre avec encres, souhaitons poursuivre à cette occasion un dialogue entrepris depuis plusieurs années autour de cette question.
En accord avec Braque qui affirmait que « ce qui est entre la pomme et l’assiette se peint aussi », nous voudrions interroger non pas la différence entre deux approches artistiques, mais au contraire l’écart, plus ou moins perceptible, grâce auquel ces approches communiquent entre elles et deviennent signifiantes pour le spectateur.

La première salle pourrait suggérer, par petites touches, de découvrir « l’univers » des artistes invités, ce qui les « inspire », les objets ou les signes qui les guident, les émeuvent ou qui, dans leur atelier respectif, les aident ou les rassurent. Il pourrait s’agir d’objets personnels — « d’objets fétiches » — de sources d’inspiration, d’images, de photos, de croquis, comme autant de clés pour mieux comprendre notre recherche.


Dans la grande salle au terme d’un travail d’observation, d’une approche de l’espace et de son environnement, nous entreprendrons de mettre en forme la rencontre, le dialogue entre des sculptures et des encres, de les faire entrer en résonance.


La première partie de l’exposition permettra de découvrir, comme par une porte entrebâillée, les ateliers d’Annelise Nguyen et de Philippe Vergoz. Pas sur le plan technique mais plutôt émotionnel. Des images, objets, fragments, parfois anodins individuellement mais qui ensemble participent à l’ambiance dans laquelle les artistes travaillent, ce sur quoi leurs regards se posent quotidiennement et inconsciemment. Des choses qui rassurent, surprennent, donnent du sens. De  possibles pistes pour entrer dans leurs créations ?

« Pour ma part, l'idée de trajectoires, de passages, d'usures et de transformations dues au temps est à l'origine de mon travail actuel.
J'essaie de mettre en forme des mouvements discrets perceptibles dans la nature. Des chemins possibles, qui accompagnent, enveloppent, recueillent. » Annelise. (voir page : peintres sculpteurs page en cours)






« Je me retrouve totalement dans ce que dit Annelise, observer les mouvements dans la nature, croissance, affaissement, vibration… et tenter au plus possible de les laisser passer à travers mes propres mouvements vers la toile, ou plutôt tenter de laisser bouger tout ça en même temps, gêner le moins possible ce qui est déjà là. » Philippe
(voir page : peintres sculpteurs page en cours)
on ne présuppose rien du tout !



mardi 25 juillet 2017

Hung RANNOU/ Antoine LE BIHAN

                                                     Une belle idée de promenade :

Artiste : Hung Rannou    maître verrier : Antoine le Bihan




Vitrail du chœur de la Chapelle de Kersaint – Landunvez Portsall

Également un vitrail de H Rannou à ND de Kerdévot (Ergué-Gabéric)



samedi 22 juillet 2017

Malgré la pluie un public fourni au RDV

La Bretagne est décidément un beau pays : une pluie diluvienne de 17h30 à 19h30 (il en fallait vraiment)

Puis pendant la partie festive : soleil, le barnum a fait le reste !
chacun a donc pu revenir tranquillement revoir l'exposition à son rythme


mardi 18 juillet 2017

l'exposition s'installe


"Hung Rannou est un artiste en perpétuelle recherche. Chacune de ses toiles, festival de couleurs, de formes, de tissages et de réseaux est une énigme, une histoire à elle seule. Superpositions, effacements, renoncement puis inlassable recommencement ne semblent jamais apaiser le mental de cet artiste en quête d’authenticité, de partage et d’écho à son monde intérieur. « La virtuosité ne m’intéresse pas, je souhaite que ma gaucherie, ma fragilité, mes doutes et mes incertitudes soient la porte d’entrée de mon travail. La peinture est un partage, elle a aussi vocation à créer un lien empreint de liberté. Celle du créateur comme celle du témoin ». Ici, le proche et le lointain sont en dialectique ouverte, s’imbriquant et se posant l’un par l’autre, la lumière en crée le lien, les rencontre. Peu importe le réel ou l’abstrait, la structure ou le relief, il y a avant tout vibration, et questionnement infini car chaque réponse n’est qu’illusion, un infime saut dans le présent qui par nature ne peut que se dérober à tout instant. Un très beau travail à découvrir et de belles émotions en perspective." 

Ouvert les samedis et dimanches du 22 juillet au 13 août de 15 h à 19 h. Galerie Arts Raden à Kerdréanton Plogastel Saint Germain. Tel : 02 98 54 55 93 et 06 16 38 35 95.








L'exposition prend forme

Le choix est difficile !

lundi 26 juin 2017

L'exposition de l'été : HUNG RANNOU



..... J'essaie de développer mon travail personnel, un travail  pictural et contemporain qui se situe dans le questionnement de cette pratique aujourd'hui .
Cette pratique est un engagement personnel et éthique qui dépasse les motivations commerciales....Je considère cette activité non comme un métier mais comme une expression artistique qui est avant tout une nécessitée intérieure qui ne se réduit pas à son objet  ou à une communication ou un spectacle...


Montrer son travail, le voir hors de l’atelier, fait partie du processus de création.
 La peinture est une activité solitaire  et pour l'artiste se confronter  à celle-ci dans un lieu neutre c'est aussi la voir dans sa possible cohérence aussi bien de sens que de signification......


Hung RANNOU