dimanche 4 juin 2017

Méchamment les oiseaux, oeuvre à quatre mains

La rencontre de deux modes d'expression et deux hommes pour notre plus grand plaisir.
Un moment de partage très convivial.
Sylvain Girard

Marc Legros

Le livre sera disponible à la galerie jusqu'au 11 juin
Demain jour férié la galerie sera ouverte




mercredi 31 mai 2017

Sylvain Girard et Marc Le Gros le 4 juin

                                                      Marc Le Gros 


                                                    le dimanche 4 juin à 15H
vous invite à une lecture de ses textes écrits pour le livre d'artiste éponyme. 

                                         "... Méchamment les oiseaux..." 


L'auteur lira également des textes plus anciens sur cette même thématique des oiseaux qui l'a habité de tout temps.

À l'occasion de la parution aux éditions EST d'une version courante de l'ouvrage une séance de signatures sera organisée à cette occasion.






lundi 15 mai 2017

Sylvain Girard du 27 mai au 11 juin

Exposition en deux parties :


Dans la grande salle :
 20 photographies noir-et-blanc développées  et tirées par lui-même  sur papier argentique :

« Images capturées lors de longues marches à pied dans Manhattan : de Central Park à Greenwich Village, de Bryant Park à Tribeca ou de Chelsea au Brooklyn Bridge.
Pas de concept préétabli, simplement se laisser guider par les  rencontres les visions et les impacts que cette magnifique  cité a sur nous. On a beau être "blindé", avoir vu des centaines d'images/clichés, supposer savoir à quoi s'attendre on est émerveillé et envoûté par la magie de la "Big Apple".


            Dans la plus petite salle : 
            des photos liées à l'ouvrage

                                                 "... Méchamment les oiseaux..." 

À l'occasion de la parution aux editions EST d'une version courante de l'ouvrage 
 "... Méchamment les oiseaux..." Arts -RADEN invite 
                                                    Marc Le Gros 
                                                    le dimanche 4 juin 
à une lecture de ses textes écrits pour le livre d'artiste éponyme. L'auteur lira également des textes plus anciens sur cette même thématique des oiseaux qui l'a habité de tout temps.
Une séance de signatures sera organisée à cette occasion.         


lundi 1 mai 2017

LE PUBLIC A ÉTÉ EMBARQUÉ






Claude Jamain

captivant

jeudi 27 avril 2017

3 jours d'ouverture

Lundi 1er mai la galerie sera ouverte de 15H à 19H
Le dimanche 30 étant, donné la présence de Claude Jamain, la visite ne sera possible qu'entre les 2 spectacles (ils ont lieu de 15H à 15H30 et de 17H à 17H30).
Photos de JF Erhel



jeudi 20 avril 2017

le dimanche 30 avril danse BUTO

Maya MÉMIN invite Claude JAMAIN
Un spectacle de danse de Buto divisé en 2 temps : 15H 1ère séance et 17H 2ème séance (durée environ 20mn).
Nous sommes contraints par les problèmes de place,
l'exiguïté des lieux et l'installation de Maya (qui participe du spectacle). Les places seront réservées dans un premier temps aux adhérents (une adhésion = une place) et s'ils reste des places vous serez informés par messagerie.

Le BUTO


Le butô naît au Japon dans les années 50. Il tient  de la danse expressionnisme allemande, du mime corporel français, mais surtout des principes fondateurs de la  pensée japonaise : une conception particulière de l’espace, du corps, du corps dans le cosmos. 
« Le butô nous fait découvrir une danse de l’intérieur du corps – où le danseur développe une sensibilité ‘des deux côtés de la peau’. On dira aussi que c’est le corps invisible qui joue. (d’où l’appellation de danse des ténèbres).
 Danser le butô, c’est dénuder le corps et l’esprit ; c’est agresser le spectateur avec un corps-arme, en rompant avec les schémas connus de la danse : pas de recherche d’harmonie. Le corps est en crise : le danseur doit sortir de lui-même et danser pour ainsi dire avec son propre cadavre : il devient alors élément de l’univers, une bête, une plante, une pierre. 
« Une des consignes que donnait Kazuo Ôno (le plus célèbre joueur de butô) était d’imaginer qu’un papillon voletait à l’intérieur de notre cage thoracique. Ses battements d’ailes venaient nous chatouiller les côtes tandis qu’il tentait désespérément d’en sortir ».

samedi 15 avril 2017

Un très beau et sympathique vernissage

Profitez du lundi de Pâques, jour férié, donc c'est ouvert de 15H à 19H



Maya Mémin auprès de la "lanterne rouge". Cette lanterne utilise un puits de lumière quand le soleil est là

Une fort belle partition